Évaluation des apprentissages

Système de notation

A+AA-B+BB-C+CE
≥ 90,0≥ 86,0≥ 82,0≥78,0≥ 74,0≥ 70,0≥ 67,0≥ 64,0< 64,0
ExceptionnelExcellentTrès bonBonÉchec

Révision d'une note

L'étudiant qui estime qu'un travail ou un examen a été mal évalué s'adresse d'abord au professeur concerné. Si sa décision est négative, l'étudiant peut faire une requête en révision de note, qu’il doit justifier sur le formulaire conçu à cet effet. L'étudiant adresse sa requête par écrit au directeur du département responsable de ce cours. (Règlement des études, art. 264 à 269).

L'étudiant doit joindre à la demande de révision de note l'examen ou le travail qu'il estime injustement évalué – à l'exclusion de tout autre motif (comme l'utilité d'une meilleure note pour l'étudiant, la proximité de la note reçue du seuil de passage à une note supérieure, la quantité de travail fourni, etc.).

La révision d'une note peut conduire à une note maintenue, haussée ou baissée, selon que la personne ou le comité qui fait la révision estime que la première évaluation était raisonnable, trop sévère ou trop généreuse.

Reprise d'une évaluation

La reprise d’une évaluation est possible pour des motifs sérieux ou lorsque le plan de cours le prévoit. De plus, lorsque l’étudiant rate une partie du cours dont la réussite est déclarée comme obligatoire dans le plan de cours, le professeur doit inviter l’étudiant à se prévaloir d’une évaluation supplémentaire dans les meilleurs délais (art. 270).

Moyenne cumulative et mode de calcul

La moyenne cumulative est la note globale d'évaluation des études poursuivies par l'étudiant depuis son inscription à un programme de cours donné (art. 271). Dans le calcul de cette moyenne, la valeur numérique de chaque note est multipliée par les crédits du cours; le dividende ainsi obtenu est divisé par la somme de crédits des cours du programme (art. 272).

Moyenne de la session

La moyenne de session est une note globale calculée à la fin de chaque session pour l’ensemble des activités de formation contributoires auxquelles l’étudiant s’est inscrit pendant la session et pour lesquelles celui-ci a reçu une note à valeur numérique; elle varie entre 0 et 4,33 et est inscrite au dossier de l’étudiant arrondie à deux décimales (art. 274).

Relevé de notes

Le relevé de notes est distribué sans frais à l'étudiant par la poste à la fin de chaque session. S'il y a erreur de transcription, l'étudiant se présente au secrétariat du département et demande à faire vérifier sa note. Pour faire produire un relevé de notes corrigé, l'étudiant doit s'adresser à sa direction de programme et non au Bureau du registraire. Dans les cas des notes remises en retard par un professeur, le relevé de notes corrigé sera acheminé par sa direction de programme sans frais. Ce nouveau relevé de notes sera produit le plus tôt possible, mais il faut prévoir un délai de 10 à 14 jours entre la date de transmission de la note concernée au Bureau du registraire et la réception par la poste du relevé de notes corrigé.

L'étudiant devrait toujours faire consigner par écrit toute entente particulière prise avec un professeur, son directeur de programme, etc., en garder une copie et en faire verser une autre à son dossier au secrétariat du département.

L'étudiant qui suit un cours sans s'y être inscrit n'a pas droit à une note d'évaluation pour ce cours, il ne peut donc en obtenir les crédits.

Conséquences d’un échec

Une note finale E ou N attribuée à un cours obligatoire exige la reprise de ce cours, sauf pour certains stages ou pour d’autres activités dûment identifiées où un échec conduit à l’exclusion du programme.

La politique du Département d'information et de communication en matière de sanction d'exclusion pour cause de moyenne cumulative insuffisante stipule que tout étudiant ne peut bénéficier que d'une seule levée de sanction d'exclusion.

Sanction d'exclusion différée

Il peut arriver qu'une sanction d'exclusion ne soit pas immédiatement exécutoire mais reportée à la session suivante. Ainsi en est-il au terme de la session d'automne : lorsque les relevés de notes parviennent à l'étudiant, la session étant déjà amorcée, le département choisit de différer la sanction d'exclusion. En clair, l'étudiant doit avoir atteint la moyenne cumulative requise à la fin de la session d'hiver s'il veut s'inscrire pour une session suivante.

La sanction d'exclusion différée correspond, en quelque sorte, à une levée de sanction. L'étudiant qui en aura bénéficié ne pourra donc se prévaloir d'une seconde levée de sanction.

Un étudiant en sanction d'exclusion différée devra attendre la sortie du relevé de notes de la session d'hiver avant de pouvoir s'inscrire aux cours de la session d'été ou d'automne.

Attention : tout étudiant en sanction d’exclusion doit impérativement reprendre dès la session suivante le ou les cours auxquels il a échoué. La lettre E (valant 0 dans le calcul de la moyenne cumulative) hypothèque dangereusement toute remontée au-dessus de la moyenne requise.

Durée des études pour les programmes de doctorat

Le délai alloué à l’étudiant pour terminer un programme de doctorat, en excluant les absences pour des motifs exceptionnels, de nature grave et sérieuse, est de 21 sessions consécutives (7 ans). L’étudiant peut faire une demande de prolongation au directeur de programme avant l’expiration du délai et avec l’approbation du directeur de recherche, à défaut de quoi il sera réputé avoir abandonné son programme.

Obtention du diplôme

Pour obtenir un grade de maîtrise ou un diplôme d’études supérieures spécialisées, l’étudiant doit avoir obtenu une moyenne cumulative minimale de 2,67 sur 4,33 (voir les articles 319 à 322 du Règlement des études pour les conditions particulières d’obtention du diplôme).

L’Université peut délivrer un diplôme ou un certificat à l’étudiant qui, ayant abandonné son programme, a néanmoins terminé la scolarité requise pour un diplôme ou un certificat, s’il satisfait déjà aux conditions générales d’obtention (art. 320).

Dans le cas du passage accéléré de la maîtrise au doctorat, le grade de maîtrise est décerné au candidat ayant acquis 45 crédits d’activités de formation comprenant la scolarité de maîtrise, la scolarité de doctorat et l’examen de doctorat, suivant les modalités prévues à son programme (art. 322).

Dernière mise à jour : 2016-07-05 10 h 18