Préface

LES IMAGES DÉMAQUILLÉES

PRÉFACE
par le Professeur Rudolf Arnheim, Ph.D.


Réaliser une oeuvre aussi monumentale que celle-ci n’était possible qu’à certaines conditions. D’abord, il fallait un homme plongé au coeur du monde des images pour qu’il puisse en parler de l’intérieur, et un homme passionné par l’image au point de lui rendre ce colossal hommage. Il fallait aussi que cet homme, si impliqué fut-il à l’intérieur de cet univers, fusse détaché au point de renoncer aux instigations et sollicitations de son métier d’enseignant, de visualiste et de communicateur, et y renoncer suffisamment longtemps pour pouvoir avoir de l’extérieur, une vue sur le panorama entier de l’image.

Mais il fallait encore davantage pour que ce livre soit réalisable. Ce n’est que depuis peu qu’il est possible de rassembler sous une même couverture toutes les connaissances relatives à l’écriture et à la lecture imagique. Le Professeur Cossette a dû créer le terme « iconique » pour désigner l’ensemble des innombrables notions jusqu’à maintenant disséminées en psychologie de la perception, en optique, en physiologie de la vision, dans les règles de l’art reconnues par les publicitaires, dans les principes des penseurs de la communication, dans les concepts des linguistes ou des philosophes, et dans les appréhensions intuitives des artistes. Le temps était mûr pour abattre les frontières - frontières entre champs de connaissances mais aussi entre cultures et pays isolés les uns des autres par leurs langues différentes et leurs visions du monde distinctes. Cela fait chaud au coeur de découvrir à tant d’endroits dans le long manuscrit du Professeur Cossette l’apport d’auteurs de toutes les parties du monde, rassemblés comme les participants d’un congrès international pour enrichir mutuellement leurs connaissances. Et ce n’est pas un hasard si cette synthèse provient du Canada, un de ces pays où le milieu culturel complexe est tout indiqué pour servir de catalyseur dans un monde autrement marqué par l’esprit de clocher.

Voici une entreprise qui aurait commandé le respect de messieurs Diderot et d’Alembert. Il y a deux cents ans, il était moins laborieux pour eux de colliger toutes les connaissances en une encyclopédie. De nos jours, embrasser toute l’iconique aurait été irréalisable si le Professeur Cossette ne s’était avisé de restreindre son sujet aux images fonctionnelles, c’est-à-dire celles qui répondent effectivement aux buts que les enseignants, les journalistes et les publicitaires poursuivent. Les règles révélées par l’expérimentation et la statistique pour défendre une thèse, inciter à l’action, vanter un produit ou expliquer un fait de manière simple et séduisante, ces règles pourront toujours difficilement s’appliquer aux buts immensément divers poursuivis par les peintres ou même les cinéastes.

C’est un tour de force du Professeur Cossette de savoir voler assez haut pour conserver une vue d’ensemble de son sujet tout en se tenant assez près pour pouvoir relever les fins détails. Des anecdotes tirées des faits divers font suite aux principes théoriques ou aux formules mathématiques; tout en ne négligeant pas ce qui se passe en Europe ou en Asie, il donne prépondérance à l’histoire et aux événements actuels de ce Québec qui a donné naissance à son encyclopédie. Il pilote ses lecteurs sur les avenues brillamment éclairées des sciences traditionnelles mais il leur prête aussi sa lampe de poche pour qu’ils puissent investiguer le labyrinthe plus hermétique de la sémiologie.

Le sous-titre du livre prévient les lecteurs qu’ils entreront en contact avec une « approche scientifique de la communication par l’image »; mais il y a aussi le grand titre conçu pour nous faire hésiter car ce titre nous rappelle que les images ne sont pas toujours un reflet pur et simple de la vérité. Particulièrement dans leur utilisation fonctionnelle, elles sont souvent des masques fabriqués pour cacher les intentions réelles de leurs auteurs, pour induire en erreur. Il est nécessaire de démaquiller les images. Cela nous rappelle que nous vivons dans une ère où certains gouvernements s’ingénient habilement à créer une « image » favorable plutôt qu’à poursuivre les intérêts profonds des citoyens. En ce domaine, l’expertise du Professeur Cossette constituera une aide précieuse pour ceux qui veulent échapper aux pièges de la duperie et utiliser les images pour rechercher la vérité.

Rudolf Arnheim
University of Michigan
Ann Arbor

Dernière mise à jour : 2015-03-10 08 h 31