Francophonie au pluriel

 

Programme | Les axes


AVANT-PROPOS

Voici les actes du colloque "Francophonie au pluriel", organisé à l'occasion de la célébration du dixième anniversaire de L'Année francophone internationale.

Un an après la tenue du colloque qui a eu lieu à Paris, du 17 au 20 mai 2001, L'Année francophone internationale se réjouit d'en publier les actes, dans un premier temps dans son site Internet. Une plaquette regroupant les communications majeures a été publiée au printemps 2003 dans la collection «Voix de la Francophonie».

Qu'il nous soit permis, dans ces quelques lignes, d'exprimer au nom de toute l'équipe de L'Année francophone internationale la joie de voir publiées ces communications. Nous le devons à quelques bienfaiteurs, qui ont misé leur confiance sur le sérieux et la compétence de nos membres et collaborateurs. Nous les remercions tous autant qu'ils se reconnaissent. Nous en appelons à d'autres élans de générosité. Gageons que d'autres philanthropes se découvrent et proposent de nous aider à poursuivre notre action culturelle et scientifique. À tous nous promettons de travailler encore mieux pour matérialiser cette francophonie plurielle au sein de laquelle nous nous enchantons de nos différences et y trouvons motif de nous enrichir sans relâche. À l'heure où de toutes parts résonne la francophonie, cet effort consenti serait également interprété comme un geste de soutien en faveur de la langue française.

Cette première parution des actes dans Internet permet donc d'offrir la plupart des communications du colloque à un large public, aux chercheurs, aux francophones, aux francophiles, sur un site de qualité en français, qui s'ouvre et permet à tous de s'informer grâce à l'outil électronique devenu presque plus familier que les livres. Le lecteur retrouvera, dans ces pages, l'éthique professionnelle de L'Année francophone internationale: qualité de la communication et respect de l'information, des auteurs et des personnes.

Nous aimerions dégager deux aspects fondamentaux de ce premier colloque:

Les chercheurs, universitaires, journalistes, dans une grande maîtrise scientifique, ont traité de manière précise des trois axes de réflexion du colloque ("Quelle francophonie? Quelle diversité culturelle? Quelle information dans l'espace francophone?"), confronté leurs opinions, souligné les problématiques qu'ils rencontrent. Ainsi, l'interculturalité, la multiculturalité, la lutte pour l'enseignement du français, la volonté d'ouverture sur l'autre ont été mises en évidence dans l'étude approfondie de nombreuses grandes thématiques:

  • la situation des Africains francophones, dans ce mouvement pour redonner une place aux langues nationales, tout en conservant à l'esprit la nécessité du français, sur la base de vécus historiques différents et dont l'analyse s'exprime de manière distincte;

  • la situation des enseignants francophones et francophiles, des minorités disséminées, qui éprouvent des difficultés pour accéder aux sources d'information et au matériel pédagogique (en Yakoutie, en Chine, etc.), et qui, par le biais d'Internet, entre autres, trouvent un outil pour continuer à transmettre leurs connaissances et leur culture;

  • le multilinguisme et la nécessité d'une ouverture sur les autres langues, sur les différentes cultures, ont été généralement encouragés. En effet, le principe qui promouvait la lutte du français contre les autres langues pour sa propre survie, semble désormais caduc.

D'autres thèmes ont été abordés, que l'on retrouvera dans les pages qui suivent, dont les nouvelles technologies d'information et de communication (NTIC); la position de la France dans la Francophonie; le rôle et les limites de la Francophonie.

Le second aspect de ce colloque a été la reconnaissance de l'identité francophone, dans ses particularismes, sa diversité et ses complémentarités. Qu'il s'agisse de la présentation de la Nation Méchif (Canada) méconnue par le reste de la francophonie, de la situation de minorités enclavées et dominées par une autre langue (Val d'Aoste, Nord de la Belgique, etc.), ou bien aussi la langue identitaire des écrivains, créateurs, artistes migrants, ou encore l'expression des femmes écrivains, la voix qui s'est fait entendre a été celle du respect des différences culturelles, du besoin d'exprimer son identité et de la volonté de ne pas embrigader ces diversités dans quelque cadre que ce soit. Par des voies d'approche et sur des terrains de recherche variés et différents, les auteurs ont exprimé, chacun de manière concrète, l'attitude qu'ils prêchent en leur qualité d'enseignants, de critiques, d'observateurs, d'auteurs ou d'amateurs: placer la francophonie comme lieu de rassemblement des peuples, carrefour des langues et des cultures différentes.

En relation avec cette revendication légitime, on a exprimé le souhait que l'institution de la Francophonie se recentre sur ses origines (les fondateurs de l'ACCT portaient cet élan de coopération) et consolide les liens avec les personnes, tant dans ses actions pour assainir les relations Nord-Sud, que dans son ouverture à toutes les minorités.

On trouvera dans ces pages la plupart des communications entendues en mai 2001 à Paris, qui, par la diversité, voire la disparité de leurs thèmes (Internet; le rôle de la francophonie dans la ré-romanisation du roumain; la réception du cinéma hollywoodien par la critique française et suisse romande; le nomadisme de Tahar Djaout; etc.) traduisent la réalité francophone d'aujourd'hui. En lisant ces communications, on se fera effectivement une vision globale des préoccupations des francophones et des problématiques actuelles. Dans une perspective de focalisation, en suivant l'un des axes thématiques, en lisant certains textes ici publiés, on trouvera des éléments précis de réflexion sur un point particulier.

Ces textes sont publiés dans le but déclaré de conserver et de transmettre la force de ce qui a été dit, pour comprendre aussi l'importance de ce qui a été tu. Au lecteur de chercher, de lire, de faire les liens entre les textes et les sujets abordés. Nous avons voulu rassembler les bases d'une réflexion qui va pouvoir se préciser, s'affiner par thème, par problématique, par auteur, au fil des rencontres internationales, où la liberté de parole, le respect des cultures et la confrontation des idées resteront les principes fondamentaux de cette francophonie vivante. L'Année francophone internationale s'efforcera de continuer à vous y aider.

Bonne lecture.

Pascale Sartor
Secrétaire du Comité scientifique du colloque


Programme | Les axes

Dernière mise à jour : 2016-10-13 09 h 53