Résumé

CHARRON, Jean et DE BONVILLE, Jean. « Éléments d'un modèle théorique du changement dans le journalisme ». In. BRIN, C.,CHARRON, J. et DE BONVILLE, J. Nature et transformation du journalisme: théorie et recherches empiriques. Québec: Presses de l'Université Laval, 2004b. P. 57-85.

Les auteurs, analysant les processus par lesquels les pratiques journalistiques se transforment, suggèrent de distinguer entre changement « normal » (dans le cadre du paradigme) et crise paradigmatique (changement de paradigme). Dans l'exercice quotidien de son métier, le journaliste a tendance à reproduire tout naturellement les règles usuelles du journalisme. Mais il arrive parfois que des circonstances inusitées l'incitent ou l'invitent à innover, à adopter un comportement qui s'écarte plus ou moins de la pratique normale. Une telle innovation, qui fait figure de précédent, si elle est imitée par d'autres et qu'ainsi elle s'étend suffisamment dans le temps et dans l'espace, peut devenir une nouvelle règle. L'innovation peut aussi résulter de l' « usure » des règles elles-mêmes. Le journaliste, devant produire un discours susceptible de susciter et de retenir l'attention du public auquel il s'adresse, mise sur la nouveauté, non seulement quant au propos (aux informations qui, par définition, doivent être nouvelles), mais quant aux objets et aux formes de son discours. Dans ce cas de figure, l'innovation tient au souci d'éviter la monotonie et la répétition. Les changements de ce genre se réalisent dans le cadre du paradigme ; celui-ci se transforme, mais il conserve sa structure d'ensemble qui le rend reconnaissable. Cependant, le processus d'innovation peut s'accélérer et s'intensifier quand des changements importants affectent les structures sociales (économiques, politiques, culturelles, etc.) dans lesquelles la pratique du journalisme est imbriquée. Ces changements réduisent significativement le degré de congruence entre le système de règles que constitue le paradigme journalistique et les systèmes de règles qui prévalent dans l'environnement (à commencer par celui que constitue l'organisation de presse, qui, elle-même, ajuste son système de règles aux règles qui prévalent dans son environnement). Les tensions suscitées par ce déphasage entre les différents systèmes de règles forcent les journalistes à chercher, par l'innovation, à produire des règles plus congruentes, c'est-à-dire à adopter une pratique discursive plus en phase avec les conditions concrètes d'exercice de leur métier. Or, l'importance de cette adaptation est à la mesure des changements qui affectent les institutions et les structures sociales dont la presse et le journalisme subissent l'influence. On dira qu'il y a crise paradigmatique et changement de paradigme quand les changements dans l'environnement sont tels que le processus d'innovation s'intensifie suffisamment pendant une période suffisamment longue pour affecter significativement et durablement un nombre suffisamment important de règles, de sorte qu'à terme, le système perd sa cohérence et se métamorphose en une nouvelle configuration de règles. Certes, toutes les règles n'ont pas changé pour autant, mais le système dans son ensemble est devenu méconnaissable. 

Dernière mise à jour : 2010-11-17 07 h 18