Résumé

DE BONVILLE, Jean. « Les caractères physiques du journal » [Chapitre 2]. In Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu. Québec : Institut québécois de recherche sur la culture, 1995. P. 55-95.

Le volume des quotidiens, exprimé en nombre de pages, fait plus que tripler entre 1945 et 1985. Comme la proportion de la surface rédactionnelle demeure stable et que le nombre de mots occupant cette surface, après avoir fait un bond entre 1945 et 1955, n'augmente pas substantiellement (puisque la taille des caractères augmente, que les illustrations occupent plus d'espace et que la mise en page est plus aérée), il faut conclure que le volume des quotidiens ne répond pas à une demande plus forte d'espace rédactionnel de la part de la salle de rédaction mais plutôt à la pression de la demande d'espace publicitaire. L'évolution dans la présentation du journal se caractérise par une simplification et une normalisation de la matière typographique qui ont pour effet de rendre le journal plus lisible. La mise en page évolue dans le même sens : on passe d'une mise en page verticale particulièrement chargée à une mise en page horizontale ou modulaire. Ces transformations dans la présentation des journaux se font en réponse à la concurrence entre les quotidiens, mais surtout parce que la presse doit s'adapter à l'arrivée de la télévision, qui bouleverse le marché médiatique.

Dernière mise à jour : 2010-11-17 09 h 25