Problématique

Problématique

Le groupe de recherche sur les « pratiques novatrices en communication publique » (PNCP) a été créé en 2001 à l'Université Laval à partir des grands constats suivants :

1. le champ de la communication publique, qui regroupe les activités du journalisme, des relations publiques et de la publicité connaît depuis la fin des années 1980 des bouleversements majeurs ayant des incidences directes sur les valeurs et les pratiques professionnelles des acteurs chargés de diffuser des messages sur la place publique ;

2.
seule une approche interdisciplinaire permettra de saisir l'ampleur et la complexité des changements à l'œuvre dans l'univers médiatique.

De nombreuses recherches récentes consacrées à l'évolution du champ médiatique dans les démocraties occidentales s'accordent sur l'idée selon laquelle les médias sont aujourd'hui confrontés à un environnement général de plus en plus instable à l'origine de profonds bouleversements au plan des valeurs et des pratiques chez les acteurs chargés de la diffusion des messages publics. Ainsi, à l'intérieur d'une « nouvelle configuration sociale » (Élias, 1991), toute une série de changements significatifs participent à la redéfinition actuelle de l'espace médiatique : 1. au plan politique: domination de la norme démocratique et libérale, désengagement de l'État, crise de la citoyenneté, mouvements anti-mondialisation, progression de l'abstention lors des élections, etc. ; 2. au plan économique: globalisation des échanges, hyperconcurrence, concentration des entreprises, etc. ; 3. au plan technologique: explosion d'Internet, des télécommunications et du multimédia, numérisation des techniques, informatisation massive dans les organisations et les foyers domestiques, etc. ; 4. au plan juridique, déréglementation, redéfinition de la propriété intellectuelle et des droits d'auteur, radicalisation des débats autour des droits et devoirs de la presse, etc. ; 5. au plan culturel, rupture générationnelle des valeurs, transformation des habitudes de consommation, nouvelles attentes du public, vieillissement des lectorats traditionnels, etc.

C'est dans ce contexte mouvant et incertain que des pratiques inédites ont commencé à émerger au cours des 30 dernières années dans l'univers médiatique. Nous proposons de les étudier à travers le prisme novateur de la communication publique. Défini comme un espace de production de « messages publics » à l'intérieur duquel les trois sous-espaces du journalisme, des relations publiques et de la publicité sont désormais en interaction permanente et, dans un certain sens, complémentaires les uns par rapport aux autres (Beauchamp, 1991 ; De Bonville, 1991), le concept de communication publique permet d'ouvrir une nouvelle dimension. En effet, au-delà des transformations bien réelles de l'environnement des médias (vision en amont) et de leurs incidences sur les pratiques quotidiennes des professionnels (vision en aval), la perspective intermédiaire des réalités médiatiques que nous proposons de développer fait clairement ressortir de nouvelles zones partagées entre les trois sous-espaces mentionnés plus haut (Lavigne, 2002; 2003) ainsi que de nombreux phénomènes d'hybridation des messages publics (Lochard, 1996, Watine, 2003).

Très concrètement, notre hypothèse consiste à poser que les messages médiatiques en circulation au sein de l'espace public des démocraties de type occidental sont aujourd'hui de moins en moins « classifiables » à l'aide des catégories traditionnelles que sont l'information, l'opinion, la publicité, le divertissement et la communication.

Notre programme se déploie sur deux pistes principales. La première  consiste à mesurer l'écart entre la norme journalistique actuelle (essentiellement dominée par l'information) et les nouvelles pratiques de communication aujourd'hui en émergence au sein de l'espace public. La deuxième piste vise à entreprendre une validation empirique de l'hypothèse en concentrant l'attention d'une part sur le travail des « producteurs » de messages médiatiques et de l'autre sur les « destinataires » de ces messages.

Aux fins du présent programme de recherche, nous avons choisi de circonscrire notre terrain aux messages médiatiques produits en contexte québécois.


Page suivante | Page précédente | Retour

Dernière mise à jour : 2011-07-05 13 h 35